mai
26

De Skyblog à Facebook : a-t-on encore le choix de ne pas avoir de profil?

Ecrit par Saiko Sama  //  13 Commentaires

Facebook logo sur un tableau de brainstormingComme toutes technologies et systèmes, le net est voué à évoluer, changer, s’adapter.
Celà fait quelques années que je traîne sur la toile, que j’observe et constate ces évolutions. La dernière  qui m’a frappé depuis maintenant presque 1 an : la part grandissante de Facebook sur le net. Avant on me demandait mon adresse MSN et/ mon Skyblog maintenant, on me demande mon profil Facebook. J’ai l’impression que ce site est entrain de devenir une fusion entre MSN et Skyblog. “Si tu n’as pas de profil Facebook, tu n’existes pas, tu ne communiques pas”. Et ça va, hélas, devenir de pire en pire.

Le net et la communication AVANT Facebook.

J’ai commencé par Caramail à l’époque, j’ai connu les modems à la médiathèque où il fallait une carte téléphonique : 50 francs pour 50 unités pour 50 minutes d’internet. Puis l’avènement des tchats Wanadoo, etc. La question récurrente (outre “asv”) était “tu me files ton MSN”. MSN était le moyen  de rester en contact avec les gens, le client était installé sur toutes les machines Windows : simple, pratique.
En plus du profil MSN, on me demandait souvent aussi mon Skyblog (ou mon myspace). L’échange de photos passait par ces deux plateformes. Le Skyblog que je possédait fut vite détruit au profit d’un “vrai” blog chez overblog à l’époque (plus de détails dans l’autobiographie d’une geekattitude) donc j’étais tranquille : pas de photos qui trainaient sur le net. Je pouvais choisir ce que je publiais de moi.

L’apparition de Facebook, ou l’exhibitionnisme et le voyeurisme de ses amis.

Facebook dislike this

© Martin Neuhof, Dislike this

Puis est apparu Facebook. J’ai du en entendre parler pour la première fois fin 2006. Pour moi ce n’était alors qu’un site de plus où balancer ses photos, mais en anglais cette fois. Pas grand intérêts à l’époque vu qu’au début copainsd’avant était plus réputé en France. Je m’étais créé un profil, j’avais quelques amis. Je ne publiais pas de photos et je ne comprenait pas comment les gens pouvaient passer autant de temps là dessus. J’ai l’impression qu’à l’époque le publique était plutôt étudiant : pas vraiment de “très” jeunes sur le site. Le niveau orthographique et de langage était acceptable, pas de langage sms et autres atrocités.

L’évolution et le débarquement de la génération Skyblog sur Facebook.

J’ai vraiment constaté l’évolution de Facebook vers un remplaçant de Skyblog le jour où mon petit frère m’a ajouté en ami. Par curiosité je suis allée voir son profil, puis celui de ses amis. Le très petit nombre de profils bloqués m’a surprise, mon profil n’étant accessible qu’à mes amis depuis que cette fonctionnalité existe. Les photos de profils étaient les mêmes que celles qu’on retrouve sur les Skyblog : angle de haut, lunettes de soleil, etc. etc. Le langage sms et le massacre de la langue française aussi. Suivant le site faceploucs (renommé Zéros Sociaux depuis) régulièrement j’ai pu constater que mêmes les gifs animés avec les petits cœurs et autres monstruosités avaient elles aussi quittées les plateformes de Skyblog pour venir se nicher dans les galeries Facebook. C’était officiel : la génération “lâche ton comm’s” avait débarqué sur Facebook avec son lot d’exhibitionnistes photoshopesques. Point positif : pas de possibilité de mettre des couleurs criardes sur Facebook, il faut bien reconnaitre une “petite” amélioration.
C’est donc désormais sur Facebook et non plus sur Skyblog que l’on va épier les photos de ses petits camarades et se montrer au monde : youhou !

Le chat – mail  Facebook, ou l’évolution de la communication centralisée via Facebook.

J’ai : une (deux, trois, quatre) adresses mails, une adresse postale, un numéros de téléphone… et les gens m’invitent à des soirées et me laissent des mails sur Facebook. Heureusement la plupart de mes amis savent que je suis rarement connectée et me préviennent “autrement” que par Facebook, mais il m’a fallut batailler dur pour en arriver là.
Depuis que Facebook intègre un client chat, j’ai pu constater la désertification de ma liste MSN au fur et à mesure que le temps passe. Récemment un de mes contacts que je n’ai pas vu en ligne depuis plus d’un an c’est connecté, m’a demandé mon Facebook pour m’y ajouter et me gratifier d’un “on discutera sur le chat Facebook”. Facebook est donc également bel et bien entrain de remplacer MSN et une boite mail.
J’ai pu constater qu’on me demande de plus en plus sur le net (chats, irc, forums, jeux etc.) mon profil Facebook, et de moins en moins mon adresse MSN. MSN serait-il entrain de se faire dévorer tout cru par la pieuvre tentaculaire de notre ami Marc ?

Mais pourquoi ça m’emmerde tout ça  ??!

Bah oui, hein : pouvoir récupérer les photos de ses potes, envoyer des mails et tchater avec ses amis le tout au même endroit, c’est génial et pratique, pourquoi est ce que je vous ennuie avec ça moi ?
Tout d’abord par principe : je ne suis pas fan de l’idée qu’un seul site ait autant d’informations sur moi au même endroit. C’est surtout le principe de non anonymat qui m’ennuie avec Facebook, et le mélange vie irl / vie sur le web. Si on lit les CGU, en théorie il faut donner sa véritable identité à l’inscription, pratique n’est-ce pas ? Or sur mon profil Facebook, j’ai ma famille, des amis, des potes de fac, etc. Je n’ai pas forcement envie qu’une personne que je connais très peu via internet aient accès à ces informations.
Vous me direz, il existe les profils restreints. Soit. C’est là que vient la deuxième chose qui m’exaspère avec Facebook. Ce qui m’ennuie n’est pas tant ce que je publie moi, mais ce que les autres publient de moi. Je me suis récemment retrouvée taguée dans une publication que je ne cautionnait pas du tout, parce que la personne qui l’a écrit y a tagué toute sa liste d’amis. Sympathique non ? Pareil pour les photos. Je dois être rétrograde sur ce point, mais j’ai un peu de mal à concevoir ce besoin maladif de publier toutes les photos de soirées sur le net et les faire partager à tout le monde. Les soirées sont des moments entre amis, des souvenirs partagés, des moments de rigolades autour d’un verre, des instants figés dans un contexte bien donné. Je vois un peu mal l’intérêt de montrer ce genre de  photos à ses 300 amis qui de toute façon, n’en auront rien à faire dans l’absolu. C’est bien ce non contrôle de mon image et les dérives qui vont avec qui m’énervent de plus en plus avec ce réseau social.

Ma schizophrénie, mes identités : mon anonymat, Facebook n’aime pas ça.

 

Génération facebook

© Martin Neuhof, Generation Facebook Gefällt Mir

Sur le net, je suis schizophrène et j’aime bien séparer mes différentes identités. J’ai deux adresse MSN : une pour les amis/lycée/famille et une pour les contact web/jeu de rôle, etc. J’ai aussi deux profils Facebook d’ailleurs : un pro et un privé, deux profils twitter, etc.
Du coup, c’est peut-être au final vraiment ça qui m’énerve avec cette convergence de tous les moyens de communication vers Facebook, le fait que l’anonymat devienne de plus en plus difficile. Certains députés en ont rêvé ^^ Et je n’ai pas spécialement envie de me créer un 3em profil Facebook plus anonyme que les deux autres, juste pour pouvoir rester en contact avec différents contacts glanés au fils de jeux, discussions sur le web, etc. Si j’essaie d’établir une séparation, plus ou moins stricte entre irl et web ce n’est pas pour que Facebook vienne réunir les deux non de non !!

Utiliser Facebook ou pas, bientôt, nous n’aurons plus le choix.

On pourrait argumenter que je n’ai rien compris à Facebook et que le site sert justement à ça : se connecter avec les gens, partager, etc. Que si je suis pas contente, je peux bien supprimer mon profil. Oui, effectivement.
Mais hélas, il arrivera un moment où Facebook sera tellement utilisé que je n’aurai plus vraiment d’autre choix pour communiquer, et vous non plus. Et c’est bien là la force et le danger du système. Un exemple simple : techcrunch utilise désormais uniquement les commentaires Facebook. Pas de profil ? Pas de commentaires. Aussi simple que ça. Perso je trouve ça plutôt malsainne cette dérive qui nous pousse à interfacer Facebook avec de plus en plus d’autres sites, jusqu’à forcer l’utilisateur à se créer un profil si il veut pouvoir faire une chose aussi simple que donner son avis. Je vous invite à lire sur le sujet l’article “How Facebook Comments is changing commenting on the Web” qui donne un aperçus global assez intéressant sur les avantages et les dangers de ce système de commentaires.

 

Conclusion

Au final, je me demande simplement ceci : a-t-on encore VRAIMENT le choix de ne pas utiliser Facebook ? Dans l’absolu, oui, on peut ne pas avoir de compte (comme on pouvait ne pas avoir MSN ou Skyblog). Mais si avoir un compte Facebook devient la condition sinéquanone pour communiquer avec ses amis / connaissances, interagir avec d’autres sites et accéder aux informations, et que le fait de ne pas en avoir nous prive de tout ça, est-ce encore un vrai choix ?
Dans mon cas, j’ai bien un compte Facebook : un pseudo, pas une seule information exacte, bloqué, uniquement une photo de profil etc. J’ai ce compte par “pression de la majorité”, en partie pour justement pouvoir communiquer avec tous ces gens qui ont choisis de ne plus passer QUE par ça, parce que les invitations aux soirées se font via Facebook, etc.

En bref : pas de Facebook, pas de vie sociale. Ironique n’est-t-il pas ?


images Martin Neuhof et Laughing Squid

13 Commentaires pour “De Skyblog à Facebook : a-t-on encore le choix de ne pas avoir de profil?”

  • Bonjour,
    Très bon article qui résume bien les migrations que font les gens vers Facebook au détriment d’autres plateformes. La question ” a-t-on encore VRAIMENT le choix de ne pas utiliser Facebook ? ” est une question sérieuse, puisque au delà de l’aspect numérique de la chose, on assite à une modification profonde des moyens de communication.
    Quand aux données personnelles sur Facebook il apparait évident qu’avec le principe de centralisation de l’information on risque d’arriver à des points critiques de concentration d’informations sur un individu, sachant que, et l’actualité nous l’a prouvé, ces données ne sont pas toujours en sécurité.
    Si Facebook était à la base un site de réseautage personnel, il me semble que ce dernier tant à devenir plus que ça, sa notoriété ne cesse de s’étendre, et certains acteurs extérieurs à la plateforme n’y sont pas étrangers. En effet, combien de marques utilisent dans des publicités sur la toile et à la télévision les pages facebook comme moyen pour le consomateur d’avoir accès à des cadeaux, et autres bonus ? Beaucoup. Au travers de ces pratiques, il me semble que le réseau social Facebook ait atteind une notorité et une taille suffisante pour exercer une attraction considérable sur les personnes, les marques, les sites internet, les entreprises, et même certains autres réseaux sociaux…

  • Bon article, tu oublies un léger détail qui rend Facebook encore plus détestable comme moyens de communication centralisé: la censure. FB a été repéré à supprimer des messages (y compris chat et email passant par eux) qui ne rentre pas dans le cadre de leur morale étriquée ou qui ose critique FB. Donc FB devient un outil de censure. Combiné avec ce système de FB comments, cela devient réellement dangereux :/.

    Perso si mes “amis” me contraignent un jour à utiliser FB, ils peuvent m’oublier.

    Perso je surveille les systèmes types diaspora, qui me paraissent sur le principe beaucoup plus intéressant et surtout décentralisé. On risque d’avoir réellement des webs parallèles à termes.

    PS: merci de me le signaler pour techcrunch, ce site va être désormais blacklister chez moi ^^.

  • Très bonne réflexion.

    Je n’étais pas vraiment concerné par l’expansion de facbook jusqu’à une année étudiante particulièrement riche en soirées (Erasmus). C’est à ce moment que je me suis rendu compte que tous (tous !) les autres étudiants avaient leur profils pour partager les photos de soirées (et tu imagines facilement dans quel état on sortait de là).

    J’ai dû batailler, littéralement, et me mettre à dos certaines personnes que j’appréciais, pour ne pas avoir certaines photos en ligne.
    Ils ne comprenaient pas ma volonté de garder un peu de vie privée. Ne serait-ce que pour le futur, je n’ai pas envie de voire ressurgir de nulle-part des photos à la con lors d’un entretien pour un boulot 5 ans après. Du coup je suis passé pour le rabat-joie de service (mais bon, étant un geek de base, j’ai l’habitude.)

    Alors n’ayant pas de compte, j’ai dû compter sur des amis (des vrais), pour me prévenir, et vérifier, mais encore aujourd’hui je ne sais pas ce qui a trainé sur FB à cette époque.

    Et enfin, j’ai vu mes contacts au fil du temps ne plus revenir en ligne sur skype, seuls mes meilleurs amis, et ma famille y sont. Du coup j’ai perdu le contact avec la majorité des potes que j’avais du temps des études.

    Je trouve ça triste.

    Autant une seule entreprise derrière un réseau apporte une certaine homogénéité, autant j’aurais préféré que ça soit une entreprise plus respectueuse de ses utilisateurs. Ce que facebook n’est pas, mais ça tout le monde s’en fout.

    Bref, bon article, continue comme ça !

    PS: pour les commentaires, http://www.boston.com/bigpicture/ est passé aux Facebook Comments aussi, je ne me suis pas gêné pour leur mailer ma pensée.

  • Perso j’ai désactivé mon profil Facebook jusqu’à nouvel ordre.
    Je n’ai pas envie de choisir entre un profil pro et un profil perso et comme Facebook ne fait aucune différence entre les deux j’hésite fortement à revenir. Ça ne manque pas même si les gens me font sentir que je suis totalement injoignable (et ils ne se gênent pas pour le dire) alors que j’ai toujours un téléphone, une adresse email, je fait un tour sur MSN de temps en temps…
    Mais bon on veut me faire croire que sous prétexte que je ne suis plus sur Facebook, je n’existe plus, ce n’est pas mon avis.
    J’ai bien aimé ton article, et surtout le fait d’être forcé à utiliser FB.

  • Pour ma part, j’ai découvert un peu de la même façon Facebook…
    Perso j’ai jamais compris le besoin de dévaler sa vie sur internet, discuter pourquoi pas, raconter quelques anecdote, ok, mais tout le reste, je préfère qui reste au monde IRL.

    On a l’impression que les gens ont envie de s’exhiber et de surveiller la vie des autres, et je crois que malheureusement c’est bien ça qui a fait le succès de Facebook. (M’enfin certain utilise Twitter pour ça).

    Pour ma part je suis le même principe de “schizophrénie”, ma vie réel, va vie sur le net.
    J’ai même poussé le vice jusqu’au bout avec un pseudo type Nom/Prénom… jusqu’à avoir une vie entièrement virtuel sans (presque) aucun lien avec ma vie réel.

    Comme ça le jour ou j’en ai mare, je supprime les quelques lien entre ses deux monde, les profiles twitter/facebook/google/ext… et je me recrée une identité.
    Ce qui est plus compliqué avec les informations réel.

    En tout cas, c’est devenu un vrai problème de société qui va s’accentuer de plus en plus… reste à voir jusqu’où cela va t’il aller.
    Sinon super article qui décrit très bien le problème.

  • Facequoi ???
    Personnellement je suis un anti-plateformesocial.
    Pas que le principe global me dérange mais je n’aime pas dévoilé ma vie privé au 3/4 de la planète qui en a surement rien à faire.
    Serte les profils sont restreins aux amis, mais les amis des amis nous invite ect…
    Pour finalement se retrouvé avec plein de “friends” qui l’on connais ni en noire ni en blanc.
    Et maintenant avec l’apparition de FaceB &Co.
    Juste le fais de tapé notre nom+prénom sur google on retrouve toutes les pages qui nous concerne voire des photos.
    (Saiko tu testera tu verra on retrouve des photos de toi ;) )
    Comme un peux moins de 25% des recruteurs s’amusent à le faire également ( sisi )
    c’est un bon plan d’avoir les photos soirée à moitié bourré sur son FaceB &Co.

    Enfin j’ai un FaceB mais au nom de Cola idem pour toute autre plateforme social.
    Mon vrai nom ?
    Hum pas grand monde le connais sur le net à par quelque “élus”.
    Et je préfère que cela sois comme ça.

  • “(Saiko tu testera tu verra on retrouve des photos de toi ;) )” ==> saiko ? ou mon vrai nom ? Pour le vrai nom je sais, sur google image il y a indexé ma photo de cv, mais à la rigueure

    Je plussoie pour les recruteurs, ayant eut mon collègue qui servait de DRH sur certains profils, la première chose qu’il faisait : chercher la personne sur facebook. Sympa n’est-ce pas ?

    Par contre je pense que blacklister un site, juste parce qu’il utilise les commentaires facebook c’est un peu fort non ? On peut très bien continuer à lire les actualités, et ne plus réagir, c’est le site qui perdra en interactions avec ses utilisateurs au final, je pense qu’il finira par se pénaliser tout seul.

    Je me demande si c’est une caractéristique de nos penchants geeks qui nous poussent à nous méfier de facebook, ou simplement si le “commun des mortels” (pardonnez l’expression faute de mieux, nous sommes dimanche mon cerveau est en off) ne se rend pas compte des dangers.

    Et de là à perdre les gens parce qu’on est pas sur facebook… c’est justement toute la problématique, céder au “chantage” (ce que j’ai fait honteusement, vous pouvez jeter les cailloux) ou leur dire “merde”. Voir éduquer ses amis, leur expliquer nos choix, etc, je pense qu’ils peuvent comprendre, j’espère, parce que perdre des amis parce qu’on est pas sur tel ou tel site, c’est carrément flippant.

  • Tout à fait d’accord avec cet article !
    Il y a bien longtemps (un peu avant l’arrivée de la SkyGen sur FB), j’avais entendu parler de la localisation du site dans diverses langues, dont le français.
    Je redoutais déjà les réseaux sociaux (centralisés surtout), mais l’utilisation de l’anglais “limitait” l’accès au site à un public anglophone.

    Mais la traduction du site m’as laissé présager les groupes inutiles du genre : “Ouèch 93 en FORCEEE mon frère”, “J’aime les frites” et assimilés…
    Et c’est exactement ce qui s’est passé avec ce transfert Skyblog => Facebook.

    J’avais déjà les Skyblog en horreur, entre autres pour l’absence de langue française (ou de langue tout court) et de contenu autre que “cke G manG ce mat1″.
    Et voir leur avènement (ou plutôt leur succession) sur un site de cette ampleur me désolait au plus haut point.

    Malheureusement, j’ai moi aussi fini par céder aux appels multiples de FB, au départ plus en tant que “vitrine professionnelle” (principalement des jeux vidéos amateurs à l’époque) que comme lien avec mes amis.
    Puis j’ai fini par céder lorsque j’ai posté la première photo de moi (un gros montage Photoshop ou je me battais contre une espèce de Quetzalcóatl électrique mais une photo quand même). Un peu plus tard et avec le recul je me suis rendu compte de l’inutilité profonde d’avoir fait ça, j’ai donc fermé mon compte une première fois.

    Et c’est là que toute la perversité de Facebook intervient. Non seulement le profil n’est pas supprimé, mais la moindre connexion au site ré-ouvre le compte !
    Je me suis fait avoir plusieurs fois par ce truc sadique de la “fausse désinscription / réinscription auto”.

    J’ai finalement clôt définitivement mon compte avec un article d’adieu (et presque d’encouragement à faire de même) où je listais a mes “amis” les moyens de rester en contact avec moi sans FB. Reste à voir le nombre de personnes qui suivront cet article et donc inversement le nombre de personnes que je n’aurais pas du ajouter à celle foutue “liste d’amis”.

    Au final, je pense qu’on peux se passer de Facebook, à condition d’avoir un entourage et des amis capables de s’en passer, sinon comme tu l’as dit :

    No Facebook = No Life (sociale du moins ;))

  • Bonjour ma Para!
    Certes, j’approuve assez ce que tu dis et force est de constater qu’en effet Facebook a rayé de la carte d’autres supports (comme MSN notamment ou les skyblogs) celà dit, ce n’est pas forcément un mal de réunir ces deux plateformes en une seule, d’autant qu’il est plus facil de donner simplement ton nom à quelqu’un, qu’une adresse comme: “marc-zuckerberg@hotmailmotherphoquer.cul”. Même si ça ne te plait pas (et tu n’es pas la seule) dans l’idée c’est un peu comme faire un appareil photo très performant, un lecteur MP3 très complet et un GPS ultra précis dans un téléphone (non je ne citerais pas cet engin du diable) ça a tout de même un côté très pratique de réunir plusieurs utilisations dans un seul objet (surtout si on est assez doué en marketting pour en faire un effet de mode) Facebook ne fait que réunir les passe-temps favoris de l’internaute moyen en un seul site, celà n’a rien de mal en soit (le couteau-suisse n’est pas le mal!)
    Ce qui dérange + c’est l’absence de contrôle sur les contenus publiés sur le mur de tes “amis”, Facebook n’a pas pensé (ou plutôt n’a pas voulut penser) au respect de la vie privée d’autrui (c’est leur fond de commerce ‘faut dire) car sans ce voyeurisme constant il y aurait bien moins d’utilisateurs; et pour toi qui aime la discrètion et le respect de ta vie privée (appelons un chat: un chat) ça fait chier!
    Malgrès ça, sache-le, j’ai un ami qui n’est pas utilisateur de Facebook et sa vie sociale ne s’en porte pas + mal (sa copine a même fini par supprimer son compte à cause des différents soucis que tu as pût citer plus haut) mais si on a le réflexe de l’appeler ou de se pointer chez lui pour sonner à la porte c’est parcequ’on sait qu’il n’en a pas et que c’est le seul moyen de le joindre. J’ai moi-même mit du temps à m’y mettre et avant de me faire créer mon compte par une amie, on m’appelait sur mon portable pour avoir des nouvelles et à chaque fois la fin de la conversation était la même: “Fais un Facbook bordel!” car c’était un effet de mode et c’était quand même + pratique pour prendre des nouvelles. Même toi-même utilisateur tu admettras qu’à la création, c’était très fort comme idée et qu’on était tous: “Wahou!” devant les possibilités de ce site qui, à force de petits “hics”, nous a tous un peu lassé…
    Donc oui on peut vivre sans Facebook, mais il faut que les gens prennent le coup de ne pas l’utiliser; et dieu sait que c’est long de changer ses habitudes! ;)

    • “, d’autant qu’il est plus facil de donner simplement ton nom à quelqu’un, qu’une adresse comme: « marc-zuckerberg@hotmailmotherphoquer.cul »” ==> on en revient à l’anonymat : après qu’un mec sur un site dont je citerai le nom ai trouvé TOUTES les photos de moi et limite mon adresse, je n’ai AUCUNE envie de donner mon nom à n’importe qui …

      “Facebook ne fait que réunir les passe-temps favoris de l’internaute moyen en un seul site ” ==> je plains vraiment la personne dont le passe temps est de mater les photos des autres, perso je n’en ai pas l’utilité donc pour moi facebook n’est qu’un moyen médiocre de communication de plus: le chat est naze comparé à n’importe quel chat, même gtalk est mieux, le système de mail pas mieux (je préfère gmail synchro avec mon tel etc), il réunit soit, mais en voulant faire trop de trucs ils les fait toutes très mal.

      “on m’appelait sur mon portable pour avoir des nouvelles et à chaque fois la fin de la conversation était la même: « Fais un Facbook bordel! » car c’était un effet de mode et c’était quand même + pratique pour prendre des nouvelles” ==> là encore je suis pas d’accord j’ai pas l’impression que l’on prenne des nouvelles de ses amis sur facebook, mais plus qu’on attend qu’ils publient sur leur mur de leurs nouvelles. Une sorte de communication passive au l’internaute lambda amorphe se contente de mettre des “j’aime” à la volée sur le 53em post sur le mur des gens. Pour moi c’est pas prendre des nouvelles. Je vois pas trop en quoi facebook est plus pratique qu’une adresse mail ou un sms pour donner des nouvelles, et pire, plus pratique qu’un coup de téléphone. On a quand même une interaction vocale au téléphone qui permet de faire passer des sentiments et messages difficiles à faire passer via un mur.

      “Donc oui on peut vivre sans Facebook, mais il faut que les gens prennent le coup de ne pas l’utiliser; et dieu sait que c’est long de changer ses habitudes! ;)” ==> exactement, hélas on en est pas encore là. Et on le sera surement jamais en fait ou alors facebook sera remplacé par autre chose, peut-être de pire pour nos vies privées. Peut-être reviendrais-je un jour sur cet article pour finalement dire “facebook c’était pas mal comparé à xxxx (ce qui l’aura remplacé). Ou pas.

      Toujours est-il que ce n’est pas irl que ça devient exaspérant : dès que tu veux laisser un commentaire sur un blog, hop on te demande ton facebook, voir une vidéo ? hop on te le demande, etc etc.

  • @Skullbot: Il est possible de supprimer totalement son compte Facebook. L’option est certes planquée au fin fond de menus qui n’ont rien à voir (et ce n’est pas innocent, je crois), mais c’est possible.

    C’est d’ailleurs ce que j’ai fini par faire, simplement parce que je considérais l’outil comme réellement trop invasif. Et pourtant, j’avais encore la chance d’avoir des proches compréhensif, qui me demandait avant de me taguer dans une photo (à l’époque où les tags n’étaient pas encore supprimables), mais malgré cela, j’avais l’impression de ne pas avoir de réel contrôle. Les nombreuses failles et fuites de données, les informations récoltées à chaque passage sur un site Web, l’obligation de se connecter à Facebook pour le moindre petit service et ce coté “social amorphe”, où l’on ne s’intéresse pas aux gens mais où l’on digère leurs publications sans réellement chercher à aller vers eux, c’est ce qui m’a poussé à supprimer mon compte.

    Aujourd’hui, l’outil ne me manque pas. Je ne suis certes pas la personnes la plus sociale, mais à l’heure des sms illimités, les personnes qui veulent me contacter le font par ce biais-là. Certes moins souvent -encore que les rares personnes qui tiennent vraiment à moi le fassent tout autant que par Facebook, mais le font quand même.
    Alors qu’avec Facebook, personne n’avait plus besoin de faire l’EFFORT de venir prendre des nouvelles. Pour un réseau dis social, c’est un beau paradoxe . . .

    PS: Mon adblock est configuré pour ne rien laisser passer de Facebook. Si la navigation sur une page en devient impossible, ils perdent un visiteur. Simplement. :)

    • En effet j’ai trouvé l’option pour supprimer totalement le compte (je pensais même pas que c’était faisable) et pour cause j’ai trouvé le lien vers le formulaire de suppression sur un autre site, impossible de trouver ce lien en naviguant sur FB.

      Voilà le lien pour ceux que ça intéresse : https://www.facebook.com/help/contact.php?show_form=delete_account
      (En espérant qu’AdBlock te refuse pas l’accès au blog à cause du lien ^^’

      • (Pas de soucis pour adblock, c’est tout contenu venant de Facebook qui est bloqué :) )

        De mémoire, pour supprimer son compte Facebook, il faut aller dans l’aide, et dedans finalement atterrir sur la page “Comment supprimer définitivement mon compte Facebook?”
        En gros, ils montrent la désactivation et planquent la suppression pour qu’on évite de supprimer son compte. Très intelligent :)